• Chapitre 1 : Ici, tout le monde aime les légendes...

    Chapitre 1 : Ici, tout le monde aime les legendes.

     

    Dans un monde où les continents ne se sont jamais separés, dans un monde coincé à l'âge de la vapeur, il est conté une légende: celle des rails d'or et du train d'argent. Des rails de train traversants terres et mers, faisant le tour de notre pauvre monde en ligne droite. Et un train d'argent, qui apportera gloire, richesse, et tant d'autres choses à tous ceux qui auront le courage de monter dedans et de mener à bien leur tour du monde. 

    Tout ceci n'est qu'une vieille légende, mais, là-bas, dans le monde de Pangueos, tout le monde aime les légendes. Nombreux sont les hommes qui tentèrent leur chance sur ces rails d'or. Certains par bravoure et par goût du voyage, d'autres par appât du gain. Et nombreux sont les équipages disparus en cours de route. À vrai dire, personne n'a encore mené ce voyage à bien. Les causes sont nombreuses: certains parlent de pirates, d'autres de malédictions. Et d'autres ne parlaient pas: ils pariaient. Car commencer ce périple n'est pas gratuit. Un tribut est à payer, une somme d'argent bien importante. Et, évidemment, ceux qui parviendront à survivre au voyage gagneront la somme de tout les tributs. Gloire, richesse... il faut bien que la légende tienne debout! D'où va tomber cette dite "richesse" si ce n'est que de la poche des braves qui ont echoués? 

     

    Mais toute légende a une fin, ou plutôt, disons que toute légende a un réel début: pas celui qu'on raconte, mais celui que certains vivent. Et c'est l'histoire de ces personnes qui va vous être contée ici. 

     

             ____________

     

    Cette fois, c'était la fois de trop. Et même si Chris pensait la même chose à chaque fois qu'on lui refusait un travail, cette fois-ci, c'était la dernière fois qu'il se voyait refuser un boulot. La dernière, je vous dis. 

    Christopher Aghan -de son vrai nom- a pourtant tout essayé : 

    Mécanicien, livreur, épicier, chauffeur... Même homme à tout faire ! Mais rien à faire: quand il s'agit de travail, personne n'a besoin d'un boiteux. Si bien qu'à chaque fois que le dit boiteux entrait dans un commerce, prêt à se faire embaucher, cela finissait de par un claquement de porte sourd accompagné d'un bon nombre de jurons de la part du jeune homme.

     

    " Barbares ! Incultes ! ILLETRÉS !  Voila ce qu'il vous dit l'éclopé ! Depuis quand il faut ses deux jambes pour tenir une epicer– "

     

    Il n'eu pas le temps de finir ses remontrances, dépourvu de tout équilibre, Chris se serait fracassé  contre le pavé si sa canne ne l'avait pas retenue. Il grinçât des dents, prenant bien soin de mettre tout le poids de son corps sur sa canne, à défaut d'une jambe valide, et repris sa marche. 

    Sa jambe droite: voici donc la source principale de tous ses problèmes. Pour un accident de travail, à un âge si précoce, il s'en était bien tiré. Il aurait pu avoir une jambe de bois à quinze ans, mais il a juste fini boiteux de la jambe droite. Malheureusement, c'est à croire qu'il ne s'en est pas assez bien tiré pour retrouver un travail descent après cet incident. Bien sûr, il y avait des hauts et des bas, mais en cette période de fin d'hiver, le travail manquait, et encore plus pour lui. Enfin, il y a pire comme situation financière, monsieur est propriétaire, ou du moins à demi...

     

    Il sortit de ses pensées amères lorsqu'il arriva devant une vieille locomotive posée dans un recoin sombre du quartier de Pangueos. Voilà donc sa "demi propriété": une vieille locomotive toute rafistolée qui lui servait d'abris de fortune. Enfin, fortune, façon de parler.

    Il serra les dents, toqua à deux reprises et attendit jusqu'à ce que la porte s'entrebaille, laissant entrevoir le visage couvert de crasse d'une jeune fille fatiguée qui lui rétorqua d'un air narquois : 

     

    " Oh, laisse-moi deviner, toi tu n'as pas plu à l'épicier. " 

    Chris ne répondit pas à la remarque, mais passa la porte qu'on lui avait ouvert. Grommelant entre ses dents :

    " Pas moyen de se renflouer dans cette fichu ville... "

    " Oh que si il y en a ! Tu fais juste ton difficile ! " 

    " Difficile?! Et ça tu crois que ce n'est pas difficile? " rétorquât-il en pointant sa jambe du doigt. Le ton avait déjà monté. Ce genre de dispute entre ces deux là était de plus en plus fréquent, mais  n'aboutissait à rien: ni solution, ni réelle rancoeur. Mais bon, cousin comme cochon, cela ne les empechait pas de s'engueuler sévèrement, surtout quant il s'agissait d'argent. 

    " Roh ça va Chris, cesse de faire comme si tu étais le héros de je-ne-sais quelle tragédie antique, t'as 15 ans ! J'ai besoin de te refaire la définition du mot "adulte?" Repris son aînée, en prenant soin de mimer les guillemets avec ses doigts. 

    " Tragédie antique ou pas, le message est bien clair : Je n'ai pas de boulot, et on est fauchés. Et non Alyssa, travailler deux fois plus et croiser les doigts n'est pas une solution. "

    " Oh mais alors t'as qu'à me la dire ta solution miracle monsieur la drama-queen !"

    " Tant mieux parce que j'en ai une de solution miracle, et tu sais très bien laquelle ! " 

    Le silence se fit. Tous deux savaient en effet à quoi Chris faisait allusion. Le jeune homme soupira et posa son poing contre la table. Comme si il l'avait frappée, mais non, pas du tout. Au lieu de ça, il prit une voix calme mais décidée pour annoncer à haute voix ce que sa cousine redoutait d'entendre. 

    " On n'a pas le choix Alyssa: on va payer le tribut, et on va mettre cette locomotive sur les rails d'or. Et peu importe combien de personnes on devra rallier à notre cause pour pouvoir payer le prix du tribut plus le prix d'un wagon supplémentaire: demain, on met les voiles. " 

     

     

    _____________

    Voila le premier chapitre de mon bébé : All Abord the Silver Train! S'il vous plait, n'hésitez pas à commenter, j'aime toujours recevoir des avis, c'est la premiere fois que je decide de poster mon histoire en ligne, je suis un peu nerveuse, disont ça comme ça... Enfin, si ça vous a plus, faites le moi savoir! Et on se revoit au prochain chapitre, à la revoyure !

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

  • Commentaires

    1
    My
    Mardi 25 Octobre 2016 à 18:19

    Ton style d'écriture donne envie de voyager!!!! et ton premier chapitre est génialecool

      • Mardi 25 Octobre 2016 à 18:36

         En espérant que la suite donne tout autant envie de voyager,merci beaucoup !! 

    2
    Samedi 29 Octobre 2016 à 11:44

    Superbe premier chapitre ! J'ai vraiment hâte d'avoir la suite !

    3
    Samedi 29 Octobre 2016 à 12:03

    Merci merci ! *snif* c'est l'émotion 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :